samedi 16 juin 2018

Yashima, le trimestriel des Budoka

Yashima est le premier magazine spécialisé sur la culture et les arts martiaux japonais. Initié par Léo Tamaki, il a pour vocation d’apporter un contenu de qualité aux pratiquants passionnés par l’archipel et ses pratiques martiales.


 

LA GENESE D’UN PROJET

Quand Léo m’a proposé de rejoindre le projet, ses contours étaient déjà bien définis. Un magazine haut de gamme, tant dans la qualité de son contenu, que dans le papier choisi et le design, qui répond à une demande des plus passionnés d’entre nous.

Je pratique depuis maintenant deux décennies. C’est évidemment peu en comparaison de beaucoup de mes aînés, mais suffisant pour avoir eu le temps de parcourir avidement un très grand nombre d’ouvrages, magazines, blogs, forums et vidéos sur le sujet, sans compter mes très nombreux séjours dans l’archipel. A mes débuts, je me ruais régulièrement sur les derniers magazines d’arts martiaux disponibles, mais ceux-ci ne m’ont que trop rarement comblé. Trop vastes parfois, trop superficiels souvent, et s’adressant à un public sans doute plus attiré par le spectaculaire.

Le Japon est un pays à part, c’est un fait difficile à nier. C’est le cas de ses arts martiaux, de sa gastronomie, mais aussi de sa culture au sens large. Nombreux parmi nous écument les blogs et les ouvrages spécialisés à la recherche d’informations de qualité, d’entretiens avec des adeptes du plus haut niveau, des avis d’experts, ou encore des informations sur l’histoire de l’archipel en lien avec nos pratiques, et Yashima est là pour répondre à cette demande.

C’est tout simplement le magazine auquel j’aurais voulu avoir accès ces vingt dernières années, et c’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai accepté de participer au projet et de prendre la charge de rédacteur en chef.






LE CONTENU


Le contenu sera donc de qualité et se concentrera sur le Japon et ses arts martiaux. Mais encore ?
Chaque numéro contiendra les rubriques suivantes :

Le grand entretien

Une interview fleuve avec une légende du monde martial

Calligraphie

Une calligraphie commentée de Pascal Krieger

Histoire des arts martiaux

La présentation d’une école ou d’une discipline martiale

Thème central
Un sujet traité par cinq ou six experts issus de différentes disciplines martiales

Personnage historique
Légendes des arts martiaux, daimyo, moines, cette section présentera les personnes qui ont compté dans l’histoire du Japon

Rencontres
Des interviews avec les plus grands adeptes de notre époque

A découvrir
Agenda culturel, nouveautés, mais aussi incontournables et œuvres cultes

Spiritualité
Religions et pratiques spirituelles de l’archipel

Santé
Interviews de praticiens et présentation de méthodes de santé

Voyage
Découverte d’une ville à travers son histoire et ses attractions  mais aussi ses liens avec le passe martial de l’archipel

Gastronomie
Interviews de grands chefs japonais installés en France ou de chefs français inspirés par le Japon

Histoire
Eclairage sur une période ou un évènement fort de l’Histoire japonaise

Lexique
Un glossaire répertoriant et expliquant tous les termes importants






Pour développer ce contenu, je suis entouré par une équipe de choc, tous passionnés du Japon et pratiquants d'arts martiaux. Photographes, journalistes, adeptes de haut niveau, blogueurs, réunis autour d'un projet commun. Alors que le premier numéro est en train d'être finalisé, je peux déjà vous dire à quel point je suis heureux que la qualité soit déjà au rendez vous et je n'ai pas de doute que vous aurez autant de plaisir que moi à feuilleter les pages de Yashima.

YASHIMA A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN


Lancer un projet de cette ampleur demande des fonds. Si je crois très profondément que Yashima a une réelle utilité et un rôle à jouer dans le monde francophone des arts martiaux, ce projet ne pourra se pérenniser que grâce à ses lecteurs.

Vous pouvez dès aujourd’hui nous soutenir et vous pré-abonner via la plateforme de crowdfunding Ulule. Vous pouvez non seulement vous abonner dès maintenant mais aussi recevoir les magnifiques contreparties que nous vous avons préparées, qu'il s'agisse de places VIP pour la NAMT, de DVDs, ou de Tenugui et Furoshiki "Yashima" fabriqués spécialement pour l'occasion.

Ces fonds nous aideront nous seulement à pérenniser le projet et à continuer à vous fournir un magazine du plus haut niveau chaque trimestre, mais également à :
  • Produire encore plus de contenu original avec des photos exclusives
  • Augmenter le  nombre de pages de Yashima (la version « Classic » sera de 88 pages et disponible en kiosque, alors qu’une version « Exclusive » de 96 pages avec des photos originales et une couverture semi-rigide sera disponible sur abonnement)
  • Financer le site internet qui proposera un contenu complémentaire à celui du magazine

Le premier numéro sortira en kiosques fin juin, et sortira ensuite chaque trimestre, au début de l’automne, l’hiver, le printemps et l’été.

Pré-abonnez vous dès maintenant au premier magazine sur la culture et les arts martiaux de l'archipel nippon


mercredi 6 juin 2018

Premier stage Aikido/Aunkai à Hong Kong


 Le 3 juin, nous avons organisé un premier stage commun Aikido/Aunkai à Hong Kong avec le nouveau dojo Aikido Honto Ryu dirigé par Jerald Tai, 3e dan Aikikai et moi-même.



J'ai toujours regretté le manque d'ouverture de la plupart des dojo hongkongais et le refus de se confronter à d'autres pratiques, et c'es donc avec d'autant plus de plaisir que j'ai travaillé avec Jerald pour organiser cette session et réunir nos deux groupes pour échanger.

Pendant la première partie de la séance, Jerald nous a fait travailler certains mouvements de base de l'Aikido, sur katate dori, en prenant soin d'expliquer les principes de chaque mouvement, ainsi que le rôle de Uke. Sachant qu'une petite partie des pratiquants n'avaient jamais fait d'Aikido, il était très intéressant de les voir s'y essayer pour la première fois.

Dans la seconde partie, j'ai donc présenté quelque principes de base d'Aunkai, sur des mouvements statiques. N'ayant qu'une heure il me semblait cavalier de partir directement sur des exercices en mouvement ou pire des applications avant de voir un peu plus précisément la base. Comme je le dis souvent, Aunkai est un retour en profondeur sur les bases, qui nous permet de comprendre notre corps en profondeur et ainsi d'avoir un effet plus profond sur notre partenaire. Le gros avantage de la méthode étant qu'elle est indépendante des styles martiaux, et qu'il est donc possible à des pratiquants d'autre chose de s'y épanouir sans forcément rejeter leur pratique habituelle.

Le Budo est une école de vie dans laquelle s'isoler ne peut être bénéfique. C'est en allant à la rencontre des autres et en acceptant que l'on ne sait pas tout que l'on peut progresser et avancer. J'ose croire que ce premier stage, qui sera suivi d'autres, jouera un rôle bénéfique de ce point de vue.





vendredi 1 juin 2018

Aunkai à Tōkyō

Revenir à Tōkyō pour pratiquer l'Aunkai est toujours un moment que j'apprécie particulièrement, car ce sont des occasions rares de voir Akuzawa sensei et ses étudiants, de ressentir comment leur pratique a évolué et d'essayer de saisir un peu plus la complexité des principes biomécaniques utilisés en Aunkai.Aunkai est simple. Pas facile. C'est le meilleur résumé de ce que l'on ressent lorsqu'on pratique l'Aunkai. La plupart des arts martiaux se concentrent sur le fait d'ajouter: l'ajout de techniques, l'ajout de puissance, la construction vers la complexité. Au fur et à mesure que les élèves progressent, ils apprennent de nouveaux katas, de nouvelles formes, de nouvelles techniques. Aunkai prend le chemin inverse, et il est avant tout question d'enlever: enlever les tensions, enlever la force, enlever tout sauf l'essentiel. C'est simple en effet, car il suffit de faire ce qui est nécessaire. Mais ce n'est clairement pas facile car cela nécessite de re-câbler profondément notre cerveau et notre corps, de la même manière que vous changeriez le système d'exploitation de votre ordinateur ou de votre téléphone.

Pour ce séjour, j'étais accompagné par mon ami aikidōka, Christian et je suis heureux d'avoir pu lui permettre de ressentir en direct la pratique de sensei. Si je peux donner une idée du potentiel d'Aunkai, et si Rob a déjà donné plus de précisions lors de ses stages à Hong Kong, toucher directement sensei est une expérience qui marque quelqu'un, car seule une poignée d'adeptes peut montrer ce niveau de qualité corporelle.Le contenu a a été relativement intense. Séminaire avec sensei et les élèves de Rob le samedi matin, cours réguliers le soir, cours particuliers le dimanche, cours réguliers le jeudi soir, entraînement avec Rob et ses élèves le samedi matin et retour au Hombu le samedi. C'était tout simplement génial, sensei nous a montré certains éléments que nous n'avions pas vus auparavant, ou du moins pas de cette façon, et qui mettent en lumière bon nombre d'autres choses qu'il fait.  

Un accent particulier a été mis sur les atemi le premier week-end. Les coups de poings et de pieds en Bujutsu diffèrent beaucoup de ce qui est couramment pratiqué dans les sports de combat ou dans la plupart des pratiques martiales actuelles. Dans un contexte de Bujutsu, frapper consiste à transférer son poids et sa force au corps de l'adversaire. C'est très différent d'un jab qui vise à maintenir la distance, atteindre une cible éloignée, ou percuter. Le dernier samedi s'est concentré beaucoup plus sur le travail au corps à corps, avec beaucoup d'exercices avec partenaire (kuzushi ou des exercices de push out en libre).



Aller à Tōkyō est toujours une expérience formidable qui me permet de m'entraîner avec sensei, mais aussi avec ses élèves, dont certains s'entraînent sous sa direction depuis déjà de nombreuses années, deux fois par semaine, et sont donc une incroyable source d'idées nouvelles. Comme déjà mentionné, Aunkai est loin d'être facile. Akuzawa sensei a une qualité de mouvement que seule une poignée d'adeptes a, et cela va avec une conscience du corps extrêmement aiguë. En tant que simples mortels, nous en comprenons des bouts.  Mais pas toujours les mêmes en fonction de notre corps, de notre état d'esprit ou de notre parcours martial, et avoir l'opportunité d'échanger avec les élèves avancés de sensei tels que Rob, Miyakawa-san, Gernot , Murata-san est toujours pour moi une grande source d'inspiration.