vendredi 19 janvier 2018

Paroles d'experts - Robert John

Robert John est l'un des premiers élèves d'Akuzawa sensei, et l'un des trois Hanshi d'Aunkai. Chercheur infatigable, Rob prend plaisir à décortiquer les capacités du corps humain pour rendre les qualités proposées par Aunkai plus accessibles pour tous.

Robert John par Jo Keung


 1. As tu une routine matinale (liée ou non aux arts martiaux)? 

Ma routine matinale est la suivante:

Calibration mentale :
Un mix des « Priming Exercises » de Tony Robbins, et peut-être aussi certains des exercices de Wim Hoff si le temps le permet.

Une douche froide pour activer le cerveau.

En termes d’exercices physiques, ça peut être une variation de TechnChiJin, Shiko et Ashi Age, selon comment je me sens. Et je glisser verticalement le long d’un poteau aussi, en essayant d’utiliser mon menton et ma nuque.

J’essaie de maximiser mon investissement donc je travaille ce sur quoi je me sens plus faible.

2. Si tu avais seulement 10 minutes pour pratiquer, que ferais-tu? 

Comme je le disais, j’essaie de maximiser mon investissement, et l’exercice qui m’en donne le plus pour mon argent change en fonction d’où je suis et ce sur quoi je travaille. Mais de façon générale, TenChiJin assis – transition vers Shiko assis. Si vous avez déjà passé ce stade, dans ce cas juste TenChiJin et Shiko.

Si vraiment vous venez juste de débuter, Ashi Age vous apportera énormément pour un investissement de seulement 10 minutes.


3. Quel est le meilleur investissement que tu aies fait sur toi-même? Sur d'autres? 

Mon meilleur investissement… c’est une question difficile. Ça serait deux choses. Des exercices mentaux pour façonner et contrôler son esprit. Et physiquement prendre le temps de pratiquer les exercices de conditionnement mis en place par Akuzawa sensei.


4. À ton avis, quelles sont les principales erreurs que font les gens lorsqu'ils pratiquent? Au contraire quels sont les éléments que tu penses être faciles pour les gens dès le début de la pratique? 

 La plus grosse erreur – les gens prennent la voie de la puissance, et de la force. Et ils essaient de renforcer ce qui est déjà fort.
 
Vous devez activement chercher vos points faibles. Partez de zéro et renforcez les a mort. Vous êtes seulement aussi fort que le maillon le plus faible de votre chaine.

Les gens comprennent en général la partie conditionnement relativement facilement – ce qui explique aussi pourquoi ils sont enclins a tomber dans le piège de la puissance/force.


Photo par Jo Keung


5. Est-ce qu'une situation d'échec que tu as rencontré dans le passé t'a aidé à devenir meilleur dans ce que tu fais? As-tu un échec préféré que tu pourrais partager? 

 Bien sûr. Mon principal échec a été de croire que j’avais raison (n’est-ce pas notre cas à tous ? (rires))
 
Et mon plus gros échec a été quand je me suis fait balayer proprement par un autre élève qui avait « hacké » une bonne partie de ce que sensei faisait. Je dois rappeler qu’à cette époque, j’étais déjà très conditionné, et que quelqu’un me balaie ainsi n’arrivait pour ainsi dire jamais.

Donc quand on a commencé à y aller, en pensant à ce que sensei faisait ou ne faisait pas, et qu’il m’a fait tomber, ça a été un choc pour mon ego. Mais je ne serais pas où j’en suis aujourd’hui sans ce moment. Ce moment a vraiment changé ma perception de la pratique d'Akuzawa sensei, et continue d’influencer la manière dont je l’approche aujourd’hui.


6. Quand tu atteins une période de stagnation, ou un plafond dans ta pratique, comment passes-tu ce cap? 

 Pour moi stagner signifie qu’on est à court d’idées. Quand ça arrive, ça veut dire qu’il faut changer de perception. Ça peut vouloir dire changer d’environnement, les personnes avec qui je m’entraine, regarder ce qui se fait dans d’autres arts, etc.

Le pire piège dans lequel on puisse tomber est de faire la même chose tous les jours. Je pense vraiment que nos progrès sont limités par notre perception et l’étendue de notre imagination.

Je crois que le génie de sensei tient à sa capacité à voir, considérer et expérimenter des approches auxquelles nous n’aurions jamais pensé. Bien sur les heures de pratique sont aussi clé mais je ne crois pas qu’il faille pour autant ignorer ce facteur… c’est peut-être le plus important en fait.

7. Quelle est la question qu'on ne te pose jamais et que tu aimerais qu'on te pose? 

 Je n’ai jamais pensé a ca… mais ça serait peut-être « comment approches-tu le puzzle des qualités corporelle ? Quel est le processus de pensée en place pour résoudre ce type de question »?


8. Quels conseils donnerais-tu à une version plus jeune de toi-même?

Meh, sois plus fainéant. Mais sans compromettre sur les résultats.


 

Aucun commentaire: