lundi 6 novembre 2017

Stage de Systema avec Vali Majd

Ce week-end avait lieu à Hong Kong un stage de Systema avec Vali Majd, élève de Vladimir Vasiliev et fondateur du Roots Dojo. Mon expérience en Systema se résumant à quelques très courtes introductions avec différentes personnes, je partais clairement de zéro et j’étais curieux de voir ce que donnerait un stage plus long, a fortiori avec un enseignant dont Filip m’avait dit beaucoup de bien.

Et si je n’ai pu participer qu’aux cours du samedi et dimanche, je n’ai pas été déçu par le travail proposé et ce à plusieurs niveaux.

Vali a mis en place un système pédagogique qu’il résume en un graphique et dont les différentes parties sont interconnectées. Sachant que je travaille moi-même en ce moment à construire un graphique similaire pour mes élèves et les gens qui me suivent en stage j’ai été ravi de constater que je n’étais pas le seul à essayer de schématiser mon enseignement, et aussi de constater qu’un certain nombre d’éléments se retrouvent dans nos schémas, même si classifiés différemment, chose inévitable puisque nous avons des pratiques différentes avec des approches différentes.

Pour résumer le schéma, il contient les éléments suivants :

L’OS (système d’exploitation)

L’OS est installé chez le pratiquant durant les 3-6 premiers mois de pratique et aura une influence sur tout le reste. Ses éléments clés sont la respiration, le relâchement, le mouvement et la forme (qu’on appelle structure en Aunkai).

Santé & Fitness

La pratique demande d’être un minimum en bonne santé et en bonne forme physique.

Physiologie

Le pratiquant doit comprendre sa physiologie et notamment quand il passe dans le rouge ou au contraire dans un mode léthargique.

Compétences (Skills)

Il s’agit-là de compétences techniques de base : savoir frapper, faire une clé ou encore amener au sol.

Attributs
Ici on parle d’attributs mentaux : le courage, la patience, la persévérance, etc.

Points de référence

Un autre élément intéressant puisqu’il contient notamment les préjuges que l’on peut avoir : combien de pompes je peux faire, combien de squats, combien d’heures d’entrainement, qu’est-ce que la douleur, etc. Il est important de savoir reconnaitre ces points et quand ils peuvent être dépassés.


Au cours de la première journée nous sommes revenus régulièrement sur ce schéma, moins la deuxième qui a été plus axée sur la douleur (faire mal par différents moyens, l’accepter par la respiration et probablement aussi par un travail sur les points de référence).

En parlant de points de référence, un premier élément que j’ai trouvé intéressant était le format du stage avec des sessions de 6h sans pause. Sans monter terriblement dans les tours le premier jour nous avons fait plus de 120 squats, un bon nombre de pompes et d’autres exercices assez physiques. Je ne suis pas franchement sous entrainé et je n’ai pas particulièrement souffert à ce niveau-là mais 6h sans pause, sans boire ou presque a de fait un impact sur l’organisme (et on revient donc sur la question de la physiologie). Le deuxième jour j’ai d’ailleurs senti que je perdais parfois ma lucidité et le fait que la session soit de 11h à 17h a évidemment joué puisque je ne suis pas habitué à sauter le déjeuner et que la fatigue du jour précédent était là. Le premier jour de 14 à 20h était de fait plus facile. Mais malgre tout c’est passé suffisamment facilement pour que je donne 2h de cours d’Aunkai dans la foulee, apres un encas évidemment. Tout le monde a d’ailleurs passé le cap sans souci.

Le programme lui-meme était particulierement vaste et je serais bien embêté pour faire un retour exhaustif. Si le thème principal du stage était la gestion de la violence, en vrac nous avons traité tous les thèmes ci-dessus avec du travail au sol, au couteau, de frappes, des exercices physiques, de cles et de pressions sur les nerfs, de mouvement debout et au sol avec multiples partenaires, des exercices de confiance, des applications liées au monde de la securite, de la gestion de situation d’asphyxie, de la gestion de combat contre une foule, et bien d’autres que j’oublie.

C’était dense, vraiment, et relativement intense. J’ai un peu mal suite à une frappe dans le dos un peu trop poussée lors de l’exercice dans la foule, mais j’ai passé un excellent moment, et sentir mon corps un peu endolori me rappelle que je suis bien vivant et c’est toujours appréciable. Merci à Vali pour cet excellent stage, j’espère avoir l’occasion de pratiquer à nouveau sous sa direction.



 

Aucun commentaire: