mercredi 15 novembre 2017

Quelques réflexions sur la marche

La marche est une des activités humaines les plus basiques et les plus partagées. Dès notre plus jeune âge et à partir du moment où nous sommes capables de nous déplacer, la marche remplace tout autre mode de locomotion non véhiculé et fait donc partie intégrante de nous. Les façons de marcher en revanche divergent, et on pourrait presque dire qu’il y en a autant que de personnes, puisque nous construisons tous des « patterns » reconnaissables de loin.

La marche dans les arts martiaux est aussi un sujet crucial et de nombreux arts « internes » se penchent sur la question. Dans les arts chinois on pensera immédiatement au Bagua, connu pour ses marches en cercle interminables autour d’un arbre, mais des arts comme le Tai Chi se penchent aussi clairement sur la question, et les exercices de marche au ralenti sont monnaie courante. En Systema, dans le récent stage auquel j’ai participé, nous avons également effectue de nombreux exercices de marche, rapides et lents, sans consignes particulières en ce qui concerne le mouvement si ce n’est de ressentir ce qu’il se passait et de coordonner la marche à la respiration. Quant à l’Aunkai tous les pratiquants le savent, on apprend à « se tenir debout, marcher, s’asseoir ». Pourquoi la marche est-elle essentielle ? Tout simplement parce qu’il faut être capable de déplacer sa structure de façon optimale lors d’un affrontement comme dans la vie.

Différentes façons de marcher

Il existe de nombreuses façons de marcher, comme je l’ai dit auparavant. En revanche la plupart des gens suivent un pattern plus ou moins similaire : le pied d’appui pousse dans le sol, ce qui a pour effet de monter le centre de gravité, l’autre pied reçoit, en général par le talon (a fortiori en chaussures) et déroule jusqu’à la pointe du pied avant de recommencer. En parallèle, la colonne vertébrale se vrille, le bras droit et la jambe gauche avançant en même temps, et réciproquement, ce qui amène a un raccourcissement d’une ligne myofasciale latérale à chaque pas en alternance.

La marche arrière diffère notablement, parce que jusqu’à preuve du contraire nos chevilles, genoux et hanches ne sont pas des articulations symétriques. Ce qui a pour effet qu’il est difficile de pousser dans le sol en marche arrière. La hanche retire la jambe, le centre de gravité reste sur la même ligne. Si on pousse le même individu lorsqu’il marche vers l’avant ou vers l’arrière, on s’aperçoit que son équilibre est nettement plus précaire en marche avant qu’en marche arrière. Ce qui explique notamment pourquoi je marche vers l’avant comme si je marchais vers l’arrière, entre autres bizarreries que j’expliciterai plus bas.

En schématisant, une marche habituelle ressemble à ça :





J’ajouterai que des individus plus jeunes auront tendance à avoir un centre de gravité qui monte et descend à chaque pas, alors que des individus plus âgés dont les hanches sont moins puissantes auront tendance à transmettre leur poids latéralement d’une jambe à l’autre de façon plus visible.

Depuis plusieurs années, on me demande régulièrement si je boite. Question que j’ai toujours trouvée bizarre... jusqu’à cette semaine. Entendons-nous bien, je ne boite pas. Quand on boite, on met en général plus de pression sur un pied que l’autre pour compenser une douleur ou une longueur de jambe différente. Ca a pour effet de clairement modifier la hauteur du centre de gravité et souvent d’encourager une vrille du haut du corps. Or, je garde mon centre de gravité au même niveau autant que possible, et je garde la « box » (intérieur des épaules/intérieur des hanches) intacte, donc je ne vrille pas le torse. Pourquoi donc ce commentaire récurrent ? Parce que mon « pattern » ne correspond pas à une marche habituelle et qu’il surprend suffisamment pour qu’on se demande si j’ai un problème. J’en ai discuté avec quelques personnes qui m’ont confirmé qu’elles avaient noté que mon pattern était différent, mais surtout parce que je me déplace de façon droite/raide/rigide. En fait comme une planche de bois qui fait une translation horizontale.

Comment est-ce que je marche ?

J’utilise en réalité plusieurs patterns différents, selon mes recherches du moment, et je considère la marche comme un entrainement comme un autre, facilement accessible, et possible à tout moment de la journée. Quel que soit le pattern utilise, je cherche à :
- maintenir le niveau du centre de gravite
- ne pas pousser dans le sol et limiter l’engagement des jambes dans le mouvement
- maintenir la « box »
- ne pas lutter contre la gravité

Apres cette conversation en début de semaine, j’ai observé les gens dans la rue et essayer de marcher comme eux pour sentir la différence. La majeure différence ressentie venant en l’occurrence des jambes, beaucoup plus engagées dans le mouvement. J’ai immédiatement perdu en vitesse tout en sentant un effort physique nettement plus important.

Actuellement je me déplace de deux façons :

1.     En partant du pelvis

La gravite est une force universelle contre laquelle nous sommes bien peu de choses. Au lieu d’aller à son encontre à chaque pas, mes déplacements l’utilisent donc. Concrètement ça veut dire que je me déplace en « tombant » d’un pas sur l’autre et que mes jambes me récupèrent. Mon pelvis me « tire » vers l’avant et vers le bas




2.     En partant du menton

Au lieu de partir du pelvis en tombant à chaque pas, l’idée est cette fois d’être tiré par le menton, à l’horizontale, ce qui enlève également la charge dans les jambes. Sans que la tête soit physiquement tirée vers l'avant évidemment pour éviter qu'elle perde son alignement avec le reste du corps.






Les deux méthodes présentent des intérêts différents, et il est intéressant de les explorer également dans des exercices comme « Walking Maho »

2 commentaires:

Thomas Mangin a dit…

Cette vidéo sur le sujet est aussi intéressante: Marche du talon ou de la pointe des pieds? Dans le contexte d’un en tai sabaki, une entrée sur la pointe des pieds permet un meilleur contrôle de la “chute” en maintenant un équilibre de marche moins frontal permettant aussi de mieux se pousser sur l’appui arrière lors de la rotation.

https://youtu.be/EszwYNvvCjQ

Xavier DUVAL a dit…

Intéressant effectivement, prendre contact avec la pointe des pieds ou le pied à plat présente un grand nombre d'avantages. En revanche dans la vidéo je trouve qu'il force vraiment contre la gravité, notamment en engageant beaucoup les lombaires et en gonflant la poitrine, ce qui me convainct un peu moins.

Le risque pour moi aussi en travaillant sur la pointe des pieds est de vouloir d'une part pousser dans le sol, et d'autre part d'amener le poids du corps sur les orteils ou au moins sur l'avant du pied, alors que naturellement il devrait tomber au niveau de la malléole, donc plus dans les talons