jeudi 23 novembre 2017

Où chercher les réponses à nos questions ?

L’an dernier j’ai eu la chance d’assister à une intervention d’Hamish Taylor. Anciennement responsable de la marque British Airways, puis CEO d’Eurostar et de Sainsbury Bank, tout ça avant l’âge de 40 ans, Hamish a su changer profondément ces entreprises et leur donner un nouveau souffle, en s’inspirant de ce qui se faisait ailleurs.

Et c’est ce point qui m’a profondément marqué dans son discours, sa capacité à aller chercher ailleurs les solutions qui n’existaient pas dans son industrie. Deux exemples pour que vous compreniez ce que j’entends par là :

1.     Hamish est à l’origine des sièges de Business Class dans les avions qui peuvent se mettre à l’horizontale. Quand il a voulu mettre cette idée en place, il est allé voir les ingénieurs de British Airways, qui lui ont fait une liste de toutes les raisons pour lesquelles c’était impossible (espace, sécurité, etc.). Loin d’abandonner l’idée, Hamish est allé voir des architectes d’intérieur pour yachts, i.e. des professionnels capables de faire du luxe dans un espace très réduit. On connait la suite, toutes les compagnies aujourd’hui proposent ces sièges en business et première classe
2.     British Airways comme toute compagnie aérienne connaissait des problèmes de file d’attente. Un comptoir, une file était alors la norme, créant de la frustration parce que tout le monde tombe forcément sur la file la plus lente… Hamish est donc allé voir les gens qui maitrisent le mieux les files d’attente : Disneyland !



Sans rentrer plus dans le détail, ou expliquer précisément les solutions apportées dans ces deux cas puisque ce n’est pas le sujet de ce blog, je crois qu’il est intéressant de voir comment cette mentalité peut s’appliquer à notre propre cas, qu’il s’agisse d’ailleurs d’arts martiaux ou d’autres choses.

La pratique martiale est complexe et présente de nombreuses problématiques, notamment en termes corporels et mentaux. Si les réponses existent parfois dans notre art ou dans celui du voisin (donc dans notre « industrie »), il existe aussi des spécialistes qui ne pratiquent pas les arts martiaux et qui peuvent offrir des solutions à ces questions, solutions parfois meilleures que celles auxquelles nous avons accès, et il serait dommage de s’en priver.

Ma pratique est avant tout corporelle, dans le sens où je cherche avant tout à améliorer ma façon de bouger pour la rendre plus efficace. C’est un sujet qui se retrouve ailleurs que dans les arts martiaux, et j’ai par exemple exploré les voies suivantes :

Le Yoga

Pas de surprise sur le fait que je pratique le Yoga depuis maintenant de nombreuses années. Si mon maigre niveau ne rend pas cela évident, je suis en revanche plus conscient que jamais des bénéfices de la pratique du Yoga pour la pratique martiale.

Le Yoga présente d’abord cet avantage d’être purement centré sur soi, et donc de permettre au pratiquant d’augmenter considérablement sa compréhension de son propre corps : comment les éléments se lient, où est mon corps dans l’espace, comment se transmettent les charges de façon optimale, etc. Le Yoga permet de renforcer, assouplir et stabiliser le corps, et d’acquérir une compréhension du corps certainement plus fine que de nombreuses pratiques martiales.

En plus de cela, le Yoga enseigne une sorte de laisser-aller, laisser-faire, qui peut également apporter un nombre certain d’avantages dans les arts martiaux.



La technique Alexander

Je suis depuis quelques semaines des cours d’introduction à la technique Alexander. Cette technique utilisée comme thérapie consiste à reprogrammer l’élève pour qu’il utilise son corps de façon optimale, sans tension superflue qui pourrait amener à des problèmes sur de longues périodes. Pour faire simple se tenir debout, marcher, s’asseoir. Si vous pratiquez l’Aunkai cette définition ne peut que vous parler.

Via des exercices extrêmement simples, la technique vise à une reprogrammation de nos habitudes au niveau neurologique qui nous permet d’utiliser notre structure de façon plus efficace, en nous mettant face à nos mauvaises habitudes ou « patterns ». Dans la même veine, Esther Gokhale propose un travail passionnant visant à retrouver une posture correcte.



Anatomy trains

Anatomy trains est une méthode thérapeutique utilisant les fascias et mise en place par Tom Myers. Encore une fois la méthode amène à  une meilleure compréhension du corps, et explique un certain nombre de choses proposées par exemple en Aunkai, mais également… dans n’importe quelle activité, martiale ou non.

Shiatsu 

Le Shiatsu ou le massage en général ont aussi une utilité non négligeable. Capacité à lire les tensions dans le corps de l’autre et à appliquer une force en utilisant la gravité, sans tension musculaire qui ne ferait qu’aggraver les choses. Un bon praticien aura certainement une qualité de toucher et une compréhension du corps de son partenaire meilleure que la pratiquant d’arts martiaux lambda.

Ce ne sont là que quelques exemples parmi des dizaines, des centaines. Vous cherchez à améliorer votre rythme en combat ? Un musicien pourrait vous y aider. C’est la synchronisation qui vous pose problème et la capacité à faire différentes choses avec différents membres ? Un batteur. Coordination œil-main ? Un jongleur. Gestion du stress ? Un négociateur de prises d’otages. Ces exemples sont bien sur simplistes, et c’est voulu. Mais posons-nous ces deux questions : quel problème est-ce que je cherche à résoudre, et qui s’est fait une spécialité de cette question ?

Et vous ? Allez-vous chercher des réponses à vos questions ailleurs que dans le cadre de votre art martial ?

Aucun commentaire: