mardi 14 novembre 2017

Ne Waza

Le Ne Waza ou travail au sol n’a jamais été une force du Nihon Tai Jitsu et si cet aspect n’est pas totalement absent de l’enseignement il est clair que ce n’est pas et n’a jamais été un point stratégique de l’école. J’estime personnellement ce travail à moins de 10% de l’enseignement total, mais il reste cependant important pour plusieurs raisons.

Le Ne Waza en Nihon Tai Jitsu

Le Nihon Tai Jitsu est pensé comme une méthode de self défense. De ce fait, il ne peut se permettre de faire l’impasse sur aucun domaine du combat, mais il ne peut également considérer le combat comme un affrontement a un contre un, sans armes. Et lorsque l’on fait face à de multiples opposants et/ou à des armes il est clair que le sol n’est pas notre meilleur ami. Mais ne pas souhaiter y aller ne veut pas dire que cela n’arrivera pas. Nous pouvons tous glisser, perdre l’équilibre, être amenés au sol, ou tout simplement être déjà au sol au moment de l’agression (les agressions sur la plage sont rares mais pas impossibles), et il faudra bien faire avec la situation proposée. Pour cette raison, la stratégie au sol du Nihon Tai Jitsu est… de ne pas y rester ! Faire le boulot rapidement et trouver un moyen de se relever.

Cette stratégie a nécessairement un impact sur la pédagogie, puisque les situations travaillées sont donc des défenses contre des attaques au sol, et non pas du combat comme on le pratiquerait en BJJ ou Sambo pour citer les deux spécialistes du sol les plus connus. Pour la même raison on évitera sans doute les contrôles au sol qui demandent de s’emmêler les membres dans ceux du partenaire. Si ces contrôles sont très efficaces et o combien intéressants ils ont une fâcheuse tendance à nous bloquer dans la situation. Pas optimal lorsque notre opposant a des copains.




Il y a plus que ça à comprendre dans le travail au sol

Il y a plus en Ne Waza, beaucoup plus. Le sol peut nous enseigner des leçons essentielles pour notre pratique debout, et notamment en ce qui concerne la respiration et la qualité du mouvement.

La respiration d’abord parce que lorsque l’on combat au sol, gérer le poids d’un opposant sur notre corps a un impact immédiat sur notre capacité à respirer. C’est d’autant plus vrai si on commence à forcer pour le repousser et qu’on arrête de respirer par la même occasion. Un des enseignements du sol est tout simplement d’apprendre à garder notre respiration fluide et naturelle malgré la pression. Le sol est remarquable de ce point de vue parce qu’il suffit d’une minute pour être à bout de souffle, et il est impossible de continuer à se pouiller pendant 10-20 minutes sans s’autoréguler. C’est une des raisons pour lesquelles quand nous pratiquons le Ne Waza dans mon dojo, les « combats » peuvent durer longtemps, pour que chacun trouve en lui les ressources pour continuer sans s’épuiser.


Une fois la respiration sous contrôle, il devient possible à nouveau de bouger de façon naturelle et déliée. Respirez normalement et vous serez moins tentes de forcer et de repousser votre adversaire avec vos gros muscles, mais au contraire vous pourrez bouger et créer de l’espace. C’est aussi rendu possible par un changement d’état d’esprit et le fait de voir le Ne Waza comme un nouveau terrain pour explorer notre potentiel de mouvement sans chercher à gagner. Gagner est souvent un des principaux freins à la progression dans la pratique. On gagne, notre ego est satisfait, c’est bien… mais qu’avons-nous appris ? Que gagner est agréable, certes… Il est en revanche utile de chercher à ne pas perdre, dans le sens de ne pas laisser tomber complètement ses défenses, renforcer notre mental, comprendre nos faiblesses et ne pas laisser notre adversaire les saisir. Mais gagner est un sujet vraiment à part. Le but de l’entrainement est de s’entrainer, ni plus ni moins. Gagner ne nous fait pas progresser, ça nous rend juste contents de nous. Découvrir de nouvelles situations et explorer différentes possibilités apporte à mon avis beaucoup plus. Bien sûr, nous devons être capables de repérer les opportunités et les convertir a notre avantage, mais cela fait de la victoire une conséquence, pas un objectif.

Apprendre à bouger et respirer naturellement n’est pas juste utile au sol, mais évidemment tout aussi important debout. Il me semble en revanche que nos défauts sont plus visibles au sol qu’ils ne le sont debout, ce qui rend ces éléments plus faciles à travailler dans cette situation.

La façon dont je pratique le sol avec mes élèves est évidemment profondément différente de celle proposée en BJJ ou en Sambo, et il me semble évident que prendre un spécialiste sur son terrain est une mauvaise idée. Mais encore une fois, l’idée n’est pas ici de devenir des grapplers de haut niveau, mais de comprendre comment nous pouvons gérer ces situations et comment nous pouvons bouger librement en respectant les mêmes principes que nous utilisons debout, et donc comment nous pouvons finalement nous retrouver dans une position plus confortable pour finir le combat.

Aucun commentaire: