jeudi 2 novembre 2017

Atelier Aunkai avec Robert John

Dimanche nous avons reçu Rob au dojo pendant quelques heures, l’occasion de développer un peu plus Aunkai à Hong Kong avec les personnes intéressées, et d’approfondir un peu plus encore en ce qui me concerne. Nous étions 13 pour cette session ce qui est je crois le plus grand nombre de personnes que j’ai réussi à faire venir en stage depuis la création du dojo.

La pratique d’Aunkai a un cote austère et peut sembler inaccessible, car si les résultats sont très visibles chez les enseignants le chemin à parcourir pour y arriver est long et ardu. C’est là que la pédagogie de Rob rentre en jeu.

Rob est un pratiquant que j’apprécie particulièrement pour sa capacité à disséquer chaque fait et geste d’Akuzawa sensei et à analyser les conséquences de ces différents éléments sur sa façon de se tenir et de bouger. J’apprécie aussi fortement sa capacité à présenter des exercices stupides (dans le sens où ils sont volontairement simplifiés) pour permettre à chacun de ressentir immédiatement le trajet des forces dans le corps, et ce même si le conditionnement physique n’est pas encore initie. C’est ce ressenti qui dictera par la suite le travail des tanren et lui donnera donc une direction claire.

Sans revenir précisément sur les exercices, Rob nous a fait travailler un certain nombre de points clés pendant ces trois heures : l’axe, l’ouverture de la poitrine, laisser tomber les hanches, utiliser l’intérieur de la main pour n’en citer que quelques-uns. J’ai été d’une part rassure de voir qu’il n’y avait pas d’incompatibilité dans ce que nous démontrons, et intéressé par les exercices proposés qui sont encore une étape avant ceux que je propose, offrant ainsi plus de progressivité.

Un bon moment vraiment, qui m’a permis d’affiner encore un peu ma compréhension. Je conclurai sur une citation de Hugh qui résume bien la séance :

« Aunkai n’est facile ni physiquement ni mentalement. Cela demande au nouveau pratiquant de voir ce qu’il ne voit pas, faire ce qu’il n’a jamais fait, sentir ce qu’il ne peut sentir et comprendre des idées qui semblent au mieux nébuleuses au départ. Robert John introduit les concepts de base d’Aunkai d’une façon qui permet au débutant de sentir immédiatement les bénéfices de la discipline et de développer sa conscience des apports que la pratique et la contemplation amènent ».




 

Aucun commentaire: