mercredi 30 août 2017

Premier cours de Shorinji Kempo

Le Shorinji Kempo est considéré comme l’une des influences principales du Nihon Tai Jitsu, avec évidemment l’Aikido Yoseikan. Du moins sur le papier car si la forme d’atemi, et le premier kata montrent cette influence, le fait est que peu de pratiquants aujourd’hui à l’exception du fondateur ont pratiqué le Shorinji Kempo. Partant de ce constat, je me suis toujours demandé quel était le “goût” réel de cette école que je n’avais pu approcher que par vidéo et commentaires de seconde main.

Il y a quelques jours j’ai découvert par hasard la formation récente d’un groupe de Shorinji Kempo à Hong Kong et je me suis donc empressé de les contacter pour voir s’il était possible de venir essayer. Le typhon de la semaine dernière ayant eu des conséquences sur nos emplois du temps, c’est donc hier que je me suis rendu au cours.

Autant le dire tout de suite j’ai passé un excellent moment. Déjà parce que les deux instructeurs sont très sympa. Ensuite parce que pédagogiquement c’était limpide, certainement plus que dans mes cours, enfin parce que j’ai pu voir des choses très proches de ce que l’on fait au NTJ (la deuxième base clé) notamment… mais avec des principes différents de ce que je fais d’habitude. Pourtant je ne serais pas surpris que ça soit la version d’origine.

Le cours de 2h s’est divisé en deux parties: Goho et Juho, avec quelques minutes de méditation au milieu.

Goho est la partie “dure” du Shorinji Kempo, et donc en particulier le travail des frappes et blocages. Nous avons donc travaillé les frappes de base et leur génération de force, puis des exercices à deux, d’abord relativement statiques puis dynamiques pour comprendre le fonctionnement des blocages et les contres qui les accompagnent.

La partie Juho est la partie “souple”, notamment les clés et projections. En gardant les principes de la première partie nous sommes passés à un travail sur saisie croisée, avec recherche du déséquilibre, travail sur la qualité du contact, frappes, te-hodoki (je ne me souviens plus du nom en SK), clé et amenée au sol. Des choses simples et qui visuellement sont on ne peut plus proches du NTJ (2e base clé du NTJ comme je le disais) mais avec un travail suffisamment différent pour me sortir un peu de mes habitudes.

J’ai vraiment passé un excellent moment et je compte y retourner régulièrement pour assouvir ma curiosité regardant cette école qui fait partie de notre histoire.

Aucun commentaire: