mardi 29 août 2017

Pratiquer sous forme de drills

La structure pédagogique du Nihon Tai Jitsu se décompose grosso modo de la manière suivante:
·         Kihon
o    Ukemi
o    Tai Sabaki
o    Te Hodoki
o    Atemi
·         Techniques de base
o    Atemi
o    Cles
o    Projections
o    Sutemi/Etranglements
·         Kata
o    Kata de base par atemi
o    Kata superieurs de Nihon Tai Jitsu avec partenaire(s)
o    Kata de Nihon Jujutsu avec partenaire
·         Goshin Jutsu (techniques de self defense)
·         Randori

Une pédagogie relativement exhaustive mais qui présente un inconvenient principal, les roles d’Uke et Tori sont majoritairement fixes, à l’exception du Hyori no Kata et dans une certaine mesure des randori. De même, très souvent les kata se retrouvent effectués comme une simple forme, sans véritable intention, avec un Uke qui sert la soupe à Tori sans essayer de le mettre reellement sous pression, au contraire des anciens kata de Kenjutsu.

C’est ce qui fait que le travail des techniques de base et des kata de base est souvent perçu comme ennuyeux et statique, et ce fut longtemps également mon ressenti. Pourtant ce contenu de base est déjà largement suffisant pour s’amuser et c’est avec cette idée que j’ai testé certains drills au dojo.

La base de travail est le 1er kata, et le kata Shodan (son equivalent avec partenaire), auxquels on ajoute par la suite les techniques de base. Dans ces drills les rôles de Tori et Uke s’inversent de facon régulière, au point que ces rôles n’existent plus réellement. Seuls restent les frappes, les blocages et l’intention de toucher et de ne pas être touché de part et d’autre. On débute par le travail des frappes/blocages des kata, avant de venir saisir le poignet de l’adversaire, amenant à un travail libre sur les techniques de base. Un exercice intéressant, dans l’esprit des Embu du Shorinji Kempo qui permet un travail plus dynamique et intéractif.


 Nihon Tai Jitsu no Kata Shodan, la base de l'exercice proposé

 

2 commentaires:

Alexis a dit…

Bonjour Xavier,
Si je comprends bien, pour Shodan par exemple, tu commences le drill par les deux tsukis et le mae geri et ensuite tu laisses libres cours à des techniques de bases comme une clé en croix puis un kata guruma ?
Un travail encore complémentaire aux bunkaïs pour capitaliser sur la forme du corps étudiée dans les katas donc.

Xavier DUVAL a dit…

Pas tout à fait parce que si le même partenaire exécute toutes les frappes, on fait juste Shodan avec les bases derrière.

Un des drills donne par exemple, avec Tori et Uke en garde:
- A chasse la main avant de B, se décale et donne les deux coups de poings
- B pare comme dans shodan, contre avec Mae Geri
- A bloque comme dans shodan
- B enchaine Mawashi Geri
- A amène au sol avec clé de jambe

Au lieu du Mawashi, B peut venir saisir un poignet et on part sur les bases. Ou au lieu du Mawashi il peut venir avec tsuki jodan du point arrière (et on a une configuration mae geri- coups de poings comme dans le 2e kata) qui permet de passer sur la série de coups de poings/blocages du Nidan

Le tout c'est qu'il y ait vraiment un sentiment d'aller retour ente les deux partenaires