vendredi 10 mars 2017

Léo Tamaki à Hong Kong

J’ai plusieurs fois partagé sur ce blog mon appréciation envers Léo et sa pratique, même si force m’est de reconnaitre que ne rentrant que peu en France j’ai extrêmement peu d’occasions de pratiquer sous sa direction et donc d’appréhender réellement le Kishinkai, d’autant que la pratique proposée est particulièrement complexe et sur certains aspects peut paraitre aux antipodes de la mienne.

C’est pour toutes ces raisons que j’étais très heureux de recevoir Léo à Hong Kong et d’avoir un week-end entier pour découvrir un peu plus l’Aikido qu’il propose, mais aussi pour pouvoir discuter un peu, chose qui n’est évidemment pas possible lors d’un cours.

Réunir des gens pour pratiquer à Hong Kong est toujours un défi. Les gens sont en déplacement professionnel, ont des obligations, doivent déménager (on déménage beaucoup ici…), bref ils sont intéressés mais pas toujours disponibles. Malgré tout nous avons pu réunir une dizaine de personnes aux parcours variés, tous curieux de voir la pratique qui leur serait proposée, et qui sont tous repartis conquis.

Et de fait le travail proposé était vraiment passionnant. Comme toujours je me suis senti transporté hors de ma zone de confort et c’est avec un plaisir immense que j’ai découvert des exercices qui ressemblent parfois visuellement comme deux gouttes d’eau à des exercices que je pratique régulièrement… mais dont la sensation va presque à l’opposé. J’ai en tête notamment un exercice au Jo qui se rapproche de ce qu’on pourrait faire au Rokushakubo en Aunkai, sauf qu’en Aunkai ma sensation est celle d’une force qui passe via les fascia, presque en enveloppant le corps, la sensation est lourde et je sens mon centre de gravité passer dans le corps de mon partenaire. rien de tout ça ici, et si j’ai senti une connexion dans mon corps elle était plutôt de l’ordre d’un fil de soie, fin et délicat qui pourrait se rompre à tout moment, une sensation légère.

Je ne reviendrai pas sur tous les exercices parce que je crois qu’au final c’est surtout la sensation qui compte et qu’il est difficile de mettre des mots sur des sensations, mais j’ai passé un weekend excellent à essayer tant bien que mal d’oublier le peu d’acquis que j’ai et de me plonger dans une approche différente. Ca n’était pas forcément une réussite mais j’en suis ressorti profondément inspiré et c’est le principal.



Aucun commentaire: