lundi 29 août 2016

Les hanches de la colère

Dans mon CR de l’excellent stage de Yoga Ashtanga par Kino McGregor, j’avais noté le lien fait entre les émotions et certaines postures.

“La session du vendredi est focalisée sur les backbends. Nous sommes tout de suite prévenus que lors de certains postures, des émotions peuvent nous envahir: la tristesse, la rage, accessoirement même l’impression que la mort va venir nous cueillir.”

Si la remarque m’avait marquée, c’est en revanche quelque chose que je n’avais jamais ressenti. Jusqu’ici la plupart des asana visant à ouvrir le corps me donnaient surtout l’impression d’une sorte de nettoyage, comme si mon stress sortait progressivement de ma tête et de mon corps. Mais hier il n’en a pas été de même et j’ai pour la première fois ressenti une emotion monter et m’envahir pendant les quelques minutes que nous avons passées sur l’ouverture des hanches à partir d’une position en squat. Et… c’est la colère qui est venue.




Je me sentais bien jusque là, d’autant que c’est un cours auquel je vais régulièrement et que j’apprécie tant par les mouvements proposés que par la pédagogie de l’enseignante. Si ça n’est pas un cours particulièrement facile, je n’y ai clairement jamais eu d’émotions négatives. Et c’est surement pour ça que quand la colère est montée, j’ai été plutôt surpris. Passée la surprise, je me suis demandé pourquoi, et je me suis dit que vue la souplesse de mes hanches et le fait qu’elles soient considérées comme l’une des poubelles du corps, il ne fallait peut être pas aller chercher bien loin l’explication.

Comme recommandé à l’époque par Kino, j’ai essayé d’observer le changement d’émotion, sans jugement, et surtout sans céder (personne n’a été blessé, promis), et j’ai attendu de rentrer à la maison pour faire quelques recherches sur cette théorie.

Aussi surprenant que cela puisse donc paraitre à toutes les personnes qui trouvent mon caractère exécrable, il semblerait donc que j’enfouisse depuis longtemps une bonne partie de ma colère dans mes hanches. Vous avez de la chance, allez savoir où elle serait allée sinon…  Plaisanterie mise à part c’était une expérience intéressante et je vais continuer à explorer cette zone dans les semaines qui viennent.

Aucun commentaire: