lundi 14 juillet 2014

Vite et fort




Certains de mes camarades Aikidoka ont une pratique que je qualifierais d’engagée ou physique. Ils pratiquent vite, souvent en puissance et donnent tout ce qu’ils ont sur le tatami comme si leur vie en dépendait. Si cela a pu être mon cas il y a des années, ma pratique aujourd’hui pourrait presque sembler molle en comparaison.

Pourtant, en tant qu’Uke, je m’efforce au maximum de donner à mon partenaire ce qu’il attend de moi. S’il veut du rythme, je lui en donne. Et s’il m’attaque avec beaucoup de dynamisme je m’efforce également de garder ce dynamisme. En revanche, malgré la contrainte de la vitesse, j’essaie au maximum de conserver le respect de mes principes de travail : vitesse constante, non utilisation de la force. Et c’est là que la matinée de samedi a été particulièrement intéressante. Sous le regard amusé de mon enseignant. Deux de mes partenaires successifs ont du faire un break, pour reprendre leur souffle et leur esprit. Paradoxalement je n’étais pas plus fatigué ou essoufflé que lors d’un exercice « normal ». En ne rajoutant pas de tension, la vitesse est venue sans vraiment nécessiter d’énergie supplémentaire. A l’inverse plus j’accélérais et plus je sentais mes partenaires se crisper pour suivre.

Je reste convaincu que le travail rapide ne peut servir à construire une base solide. En revanche il permet occasionnellement d’évaluer son travail et ses progrès en augmentant les contraintes.

Aucun commentaire: