vendredi 6 septembre 2013

Passages de grade - Septembre 2013


Alors que la plupart des pratiquants français reprennent doucement le chemin du dojo, nous avons débuté le mois de septembre par des passages de grade. La notion de pause estivale n’existe en effet pas ici et les cours ont lieu tout au long de l’année sans interruption.

Pour cette session, nous avions quatre candidats, 3 à la ceinture orange, 1 à la ceinture jaune. La prochaine session devrait normalement voir dans les prochains mois une candidate de plus à la ceinture orange. Tous sont passés sans encombre, mais je dois cependant reconnaitre que tous les ateliers n’ont pas été une franche réussite pour autant. Quels étaient donc ces ateliers ? Ils étaient au nombre de 10, chacun sur 10 points, pour donner une vision a 360 degrés sur ce qui a été travaillé au cours des mois précédents.

Esprit Budo

Il s’agit en réalité de deux ateliers : ponctualité et connaissance du Budo.

Ponctualité car il est rare que quelqu’un soit à l’heure aux cours. C’est compréhensible en semaine, moins le dimanche. L’examen étant un dimanche, 10 points étaient attribues pour une présence vraiment en avance, 5 pour une présence « dans les temps » et 0 pour un retard. C’est le seul atelier qu’ils ont découvert sur place, évidemment.

Pour les passages de grade, Me Hernaez fait généralement passer un « entretien Budo », et dans cet esprit il me semble important que mes élèves y soient préparés. Faute de temps il n’y a pas eu d’entretien mais un examen écrit avec des questions de base dont il me semble important de connaitre les réponses. Vous ne savez pas qui est Jigoro Kano et quels sont les deux principes du Judo ? Pourquoi alors saluez-vous cette photo et ces deux calligraphies en début de cours ? De même que ne pas connaitre la signification du nom de son école ou son fondateur est problématique.

Ukemi

Savoir recevoir les techniques est primordial, peut-être même plus que savoir les appliquer, sécurité oblige. Il s’agit donc de démontrer diverses chutes, roulées, plaquées ou en passant par-dessus des obstacles.

Te Hodoki et Tai Sabaki

Deux ateliers essentiels. Je me souviens de Me Hernaez expliquant qu’il pourrait limiter les passages de grade jusqu’au 4e dan a ces deux simples ateliers. Bien sûr c’est exagéré mais on comprend l’importance de maitriser la base.

Techniques de base

Les 27 techniques sur 8 saisies de poignets (11 atemi, 8 clés, 8 projections) sont la grammaire de l’école. Il est donc nécessaire de les avoir assimiler correctement. Pour la ceinture jaune, seule la série atemi était demandée. Pour la orange l’ensemble des techniques à l’exception de la 6e projection (kata guruma) pour des raisons de sécurité.

Démonstrations de techniques

Présentation de techniques demandées par le jury. Il peut s’agir de frappes, de projections, d’immobilisations, ou de n’importe quel autre technique. Sachant qu’un pratiquant aura tendance à ne démontrer que les techniques qu’il maitrise, le but est ici de voir ce que donne ce qu’il maitrise moins.

Démonstration libre

L’exact opposé puisque Tori peut ici choisir de démontrer ce qu’il veut, sur les attaques de son choix. La contrepartie est que choisissant l’attaque et la défense, il est attendu que le résultat soit propre.

Kata

Le premier kata seulement était demandé pour les deux grades.

Randori

Et enfin pour finir en beauté et exténuer tout le monde, randori en cercle. Tori est attaqué de toutes parts et ne doit pas avoir le temps de réfléchir (il a eu tout le temps pour ça avant). Nous sommes dans l’intuition et le travail sous pression. C’est aussi un moyen d’évaluer la façon de se placer du candidat par rapport à de multiples adversaires et de s’assurer qu’il garde un contrôle sur son environnement.

Aucun commentaire: