vendredi 2 août 2013

Un Aikidoka s’essaie au Nihon Tai Jitsu



Hier, alors que les retardataires étaient plus nombreux que d’habitude et que nous n’étions que deux pour commencer le cours, j’ai eu l’excellente surprise de voir débarquer Matthew, 1er dan d’Aikido avec qui je m’entraine régulièrement. Il m’avait dit qu’il souhaitait voir ce que je faisais depuis quelques temps et ça a été un grand plaisir de le recevoir.

Le cours prévu initialement était sur les techniques de base, ce qui pour une première découverte de l’école n’avait rien d’excitant, a fortiori pour un pratiquant déjà expérimenté. J’ai donc changé de programme pour lui donner une vision large du panel de l’école et des principes utilisés. Clés de poignets, de coude, d’épaule, de doigts, étranglements, projections, points de pression, et bien sûr… sutemi. Pourquoi se priver alors qu’il est capable de chuter et qu’il s’agit d’une des grandes spécialités de l’école ?

L’une de mes méthodes de travail consiste à créer des connexions mentales, ou plus vulgairement à faire des nœuds au cerveau. Comprendre la mécanique d’un corps humain implique de le manipuler dans toutes les directions, et de voir quels sont les effets produits par chaque possibilité. A partir d’une position unique on peut donc obtenir des dizaines de solutions différentes, et potentiellement les combiner. Une des grosses différences entre le NTJ et l’Aikido réside pour moi dans leur approche pédagogique. En effet l’Aikido met l’accent sur un nombre restreint de techniques qui doivent recouper l’ensemble des principes, Le NTJ au contraire explore l’univers des possibles pour développer l’intuition et la compréhension de la mécanique humaine.

En termes de principes j’ai appuyé sur les mêmes points que d’habitude, c'est-à-dire l’absence de tension au point de contact pour éviter qu’Uke se braque et bloque en force, point spécialement important pour les sutemi ou Uke a vite fait de nous tomber dessus s’il sent une tension. Les sutemi ont d’ailleurs probablement été la partie la plus surprenante pour lui, et je ne peux pas lui en vouloir, c’est parfois un peu bizarre de se jeter dans les pieds de Uke tout en lui faisant une clé de bras…


J’ai personnellement passé un excellent moment. Nous pratiquons régulièrement ensemble depuis plus de deux ans, et c’est un pratiquant dont j’apprécie beaucoup les qualités et les progrès, et je suis content d’avoir pu lui présenter une approche différente, que bien entendu je garde pour moi lors des cours d’Aikido. Il devrait se joindre à nous plus régulièrement, ce qui j’en suis sur sera bénéfique a tous.    

Aucun commentaire: