mercredi 22 mai 2013

Suwari Waza ou l’art de transformer les Aikidoka en petits vieux


Si la position à genoux est courante dans les arts traditionnels Japonais (tout simplement parce que la position à genoux était courante dans la vie de tous les jours des japonais), sa place en Aikido est réellement prépondérante. Il peut s’agir de rester en seiza pendant une demie heure, de traverser le tapis en shikko ou de tout un ensemble de techniques pratiquées à genoux. En contrepartie, on notera que nombre d’Aïkidoka de la première heure ont des genoux dans un piteux état.

Pour ne prendre que mon cas personnel, si mes rotules ont bien résisté tout au long des années a la pratique martiale, mes deux simples années d’Aïkido ont suffi à me rappeler l’immense fragilité de cette partie du corps. Quand je vois l’etat des genoux de Fred depuis qu’il a commencé l’Aïkido a Taichung, je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a un lien direct. Stupefiant pour un art qui prône l’harmonie et la préservation du corps. Ou s’agit-il uniquement de préserver le corps de Uke quitte à bousiller le sien ?

En faisant quelques recherches sur les dommages du Suwari Waza (pour trouver des moyens de renforcer cette partie du corps et éviter ainsi les problèmes sur le long terme), je suis tombé sur cet article tres interessant d’un des derniers Uchi Deshi d’O Sensei, Gaku Homma. 

Gaku Homma enseigne aux Etats Unis et a la particularité de ne plus enseigner Suwari Waza à ses élèves, considérant que cette pratique est plus néfaste que bénéfique. Pour ceux qui ne parlent pas anglais, vous trouverez ci-dessous la traduction de quelques passages intéressants.

" En tant que pratiquant actif d’arts martiaux, je souhaite evoquer dans cet article le problème des " genoux ". Chez les Aikidoka en particulier, les genoux sont la partie du corps qui a subi le plus de dommages et qui a causé le plus de problèmes à beaucoup. Lors de mes voyages dans différents pays à travers le monde, je rencontre constamment des gens qui ne peuvent plus s’asseoir en seiza et qui portent des genouillères à cause de problèmes de genoux liés à leur pratique de l’Aikido. J’ai rencontré des élèves dont les genoux étaient si abimes qu’ils ne pouvaient plus les plier, et encore moins s’asseoir en seiza."

“Les problèmes de genoux ne sont pas l’apanage des non-japonais. Il y a eu des Aikidoka haut gradés japonais célèbres, vivant au Japon et a l’étranger souffrant de problèmes de genoux durant la carrière. C’est une chose de développer des problèmes aux genoux avec l’âge, mais de nombreux enseignants d’Aïkido ont développé ces problèmes via la pratique abusive du suwari waza… et ils avaient pourtant l’avantage d’un héritage culturel les préparant à la pratique"

Gaku Homma raconte aussi que des consignes étaient données aux instructeurs japonais partant enseigner à l’étranger dans les années 60-70.

“ Rappelez-vous que nombre des nouveaux élèves que vous aurez seront plus forts que vous physiquement. Les techniques en suwari waza seront difficiles pour eux, donc les pratiquer vous donnera un avantage en dépit de votre différence de taille. Pour avoir un plus grand contrôle sur vos élèves, pratiquez le suwari waza. Et pendant les examens, si vous testez des élèves que vous n’appréciez pas particulièrement, faites les passer en dernier, et faites les attendre leur tour en seiza"

Je n’apprends sans doute rien à personne en disant qu’un corps d’occidental est différent du corps d’un japonais, ou encore que les occidentaux, culture de la chaise oblige, n’ont pas une aisance particulière pour tenir la position seiza. Ne pas tenir compte de ces éléments me parait hautement irresponsable. Je comprends cependant que ces techniques soient travaillées, pour des raisons culturelles d’une part, mais également en raison des contraintes qu’elles imposent sur la façon de bouger. En revanche demander a des gens de garder la position pendant 30 minutes ou encourager à faire des grands mouvements en suwari waza montre pour moi une incapacité à percevoir les dangers pour le corps, s’éloignant ainsi de l’esprit de préservation de l’Aikido.

4 commentaires:

Fred Lespine a dit…

Pour être tout à fait honnête en ce qui me concerne, le judo et les chocs quand on tombe sur les genoux ont dû laisser des traces. Mais c'est vrai que c'est en aïkido que ça s'est aggravé au point que c'est très douloureux tant en seiza qu'en tailleur. Et la saison des pluies n'arrange rien :(
Heureusement que le travail en seiza est très limité dans notre dojo, mais ça ne m'a pas préservé pour autant, d'autres exercices les sollicitent beaucoup.

Xavier a dit…

Le judo a pu faire du mal, la vie sédentaire aussi, mais toujours est-il que nous étions tous les deux en bien meilleur état avant de faire de l’Aïkido, et rien que ça c’est déjà problématique. Je crois (peut-être à tort) que la pratique devrait nous renforcer physiquement plutôt que nous amoindrir. Pour compenser, je modifie l’ensemble de ma pratique autour pour travailler sur un renforcement plus important des jambes et mes pilules de petit vieux ont l’air de faire effet.

En plus du suwari, il y a d’autres éléments qui me perturbent, notamment dans certaines positions debout (et qui ont l’air assez marquées dans ton dojo d’ailleurs). Si elles présentent l’avantage de bien ouvrir la hanche, ça me semble être au prix des ligaments du genou, encore une fois…


budoshugyosha a dit…

Bah alors les vieux ...perso, 25 ans d'aikido avec sa part de suwari waza et je n'ai véritablement pas de problèmes aux niveaux des genoux. Maintenant il est clair qu'il ne faut véritablement pas faire n'importe quoi. Selon moi, en suwari waza les déplacements doivent être minimum, le poids du corps doit reposer sur les talons et il ne faut pas heurter le sol ...et j'imagine qu'on peut dire ça aussi du travail debout.

Xavier DUVAL a dit…

Il y a selon moi deux choses:
- ne pas faire n'importe quoi pour ne pas mettre de contrainte inutile sur les genoux
- certaines qualités personnelles. Dans mon cas j'ai un muscle (le sartorius) qui n'est pas assez souple et qui n'autorise pas la capsule du genou à "tomber" quand il est relâché. Résultat en seiza ça tire sur les genoux