vendredi 19 avril 2013

Passage au Kishinkan: Aikido avec Leo Tamaki


Dernier compte rendu du mon passage à Paris et en particulier au Kishinkan (l’ordre suivi est simplement l’ordre de rencontre des différents enseignants lors de mon passage): le célèbre Leo Tamaki. Je suis les écrits de Leo depuis maintenant un petit moment et ils m’ont plus d’une fois interpellé. Il partage avec nous sa compréhension de l’Aikido mais aussi de nombreuses interviews inédites de différents maitres. Il est également celui qui a fait connaitre en France les sensei Kuroda, Akuzawa, Kono et Hino, et rien que pour ça il a toute ma gratitude.

Lors de mon dernier passage à Paris, Leo était absent et nous nous étions dit que ça serait pour une prochaine fois. Cette fois. Deux jours après l’avoir rapidement croisé a la boutique, je lui ai demandé à participer à son cours et me suis présenté (confirmant que je manque de narcissisme et que je ne mets pas assez de photo de moi sur ce blog, qui semble plus connu que ma tête).

Le cours a été très intéressant et très subtil, dans la même lignée que ce que j’avais vu chez Yannick : contact léger, travail sur les sensations, ne pas faire sentir sa technique à l’autre, etc. mais j’ai senti plus d’insistance de Leo sur ces points. Plusieurs exercices ont été proposés pour ressentir une poussée douce et continue et la suivre sans avoir de moment d’opposition ou de blocage, les yeux fermés pour se concentrer uniquement sur le touché. Leo nous a aussi fait travailler les chutes de manière très intéressante (et très compliquée), en utilisant uniquement les muscles profonds et non les muscles superficiels. Une chute arrière en partant allonge sur le dos doit par exemple se dérouler sans contraction des abdominaux. Plus facile à dire qu’à faire.

Sans revenir sur le détail de ce qui a été travaillé, j’ai beaucoup apprécié la pédagogie de Leo, le fait qu’il fasse sentir la technique à tous et qu’il donne de nombreuses explications historiques sur l’utilisation du corps. C’est véritablement passionnant d’assister à ses cours. J’ai aussi été marqué par sa façon de parler (aussi surprenant que ça puisse paraitre) : là où de nombreux enseignants parlent très fort pour être surs d’être entendus, au point de donner parfois l’impression de faire son service militaire,  la voix de Leo était en revanche douce, posée et amicale.

Cette douceur dans la voix s’est confirmée le lendemain, quand il a gentiment accepté de porter son keikogi Hello Kitty. En dehors du côté comique (oui, ça me fait rire), j’apprécie réellement de voir un pratiquant réputé pour son sérieux et la qualité de son travail être capable de dépasser les apparences  et d’enseigner dans une tenue improbable. Le travail n’en a pas été moins bon, et ses élèves ne m’ont pas semblé moins attentifs que la veille.


 Le redoutable Hello Kitty Tamaki

Pour l’occasion j’ai utilisé le bokken Hello Kitty assorti, dont le précédent utilisateur était… Kuroda sensei. J’ai donc le regret d’annoncer que le talent ne se transmet pas via un bokken, je n’ai pas réussi à devenir un génie du sabre en 1h15. Dommage, j’y croyais.

Malgré un emploi du temps très chargé, Leo a trouvé un moment pour que nous allions boire un verre après le cours. Une véritable encyclopédie vivante des arts martiaux, je regrette presque de ne pas avoir pris de notes.

Mon séjour à Paris est désormais fini mais ces différentes rencontres m’ont chacune apporté quelque chose. Parfois des choses différentes, parfois aussi simplement des choses similaires qui venaient se confirmer. Dans tous les cas elles ont ouvert mes perspectives de travail est c’est très positif. Merci donc à Yannick, Christophe, Leo, Philippe Cocconi et Washizu sensei pour ces bons moments passes sur les tatamis sous leurs directions.

4 commentaires:

Fred Lespine a dit…

Un passage en France des plus bénéfiques, en effet. Tu as vu du beau monde !
Concernant le gi "Hello Kitty" je croyais en fait que c'était une montage Photoshop quand je l'avais vu en photo. :))

Xavier a dit…

Oui je commence a avoir un beau carnet d'adresses :)

Le hakama Hello Kitty était un montage, mais celui-ci existe bel et bien, de meme que le bokken qui va avec et qui correspondait parfaitement a mon niveau de dangerosité

Léo Tamaki a dit…

Merci d'être passé au cours Xavier, ça m'a fait plaisir de pratiquer avec toi.
J'aurai eu plaisir à prendre un peu plus de temps pour discuter, mais c'était compliqué cette fois-ci. Partie remise ;-)

Amicalement,

Léo

Xavier a dit…

Tout le plaisir était pour moi, c'est dommage que j'habite aussi loin je passerais bien plus souvent. J'apprécie déjà beaucoup que tu aies trouvé un peu de temps pour discuter, mais nous aurons sans aucun doute d'autres occasions :)

À bientôt