mercredi 16 janvier 2013

Progression et fréquence d’entrainements


Ce matin, mon prof d’Aikido nous a envoyé le Top 20 des présences de l’année 2012 avec le nombre de cours auxquels nous avons participé. Je suis à la 20e place avec 61 cours, ce qui me surprend assez peu. Je suis au final assez peu présent, en général une fois le week end et une fois en semaine, et j’ai raté 2-3 mois entre les blessures et mes déplacements. De plus l’Aikido n’est pas mon unique pratique, et est plus un complément qu’autre chose dans mon cas. Je suis en revanche assez impressionné par le 1er de la liste (que je vois effectivement à peu près à chaque cours) qui est venu à 160 cours. Il est d’ailleurs l’un de mes partenaires préférés, puissant, stable et de plus en plus technique.

Mais plus que la liste elle-même, qui a finalement assez peu d’importance, j’ai apprécié ce qu’il en a fait, rappelant à tous que les élèves qui progressent le plus sont logiquement ceux qui s’entrainent le plus et nous recommandant d’essayer d’atteindre les 100 cours en 2013. A titre personnel, je ne sais pas si je pourrai faire 100 cours d’Aikido, et peu importe d’ailleurs. Plus que le nombre de cours dans la discipline, c’est la régularité qui compte, et ma pratique martiale est régulière, qu’elle soit en Aikido, en NTJ, en Aunkai ou en Yoga (oui je place le Yoga dans mes pratiques martiales).

6 commentaires:

GREG a dit…

C'est déjà pas si mal. Moi non plus, l'aikido n'est pas ma pratique principale qui est le WC. Et il est aussi vrai que j'y trouve plus de plaisir mais nous ne sommes pas là pour faire un concours de fréquentation ...

Xavier a dit…

Non clairement faire un concours de fréquentation n'a que peu d'intérêt, c'est pour ça que je soulignais sa remarque à la fin de l'email : ceux qui progressent le plus sont ceux qui s’entrainent le plus, il n’y a pas de miracles. Et en effet, la plupart des pratiquants avec qui j’aime travailler sont dans ce Top 20. Chose amusante en revanche, aucun des gradés n’y est (la plupart viennent comme moi assez ponctuellement même s’ils travaillent intensément quand ils sont là).

Je ne crois pas qu’il ait voulu nous mettre en compétition à quelque niveau que ce soit, mais plus inciter les gens à être réguliers et à évaluer leurs progrès sur le moyen-long terme.

GREG a dit…

Effectivement, je pense que c'est comme cela qu'il faut le prendre.

Anonyme a dit…

Dans ce post tu apportes un éclairage sur une notion qui me perturbe depuis quelques temps (en fait depuis un an et demi que je suis à hong Kong): le temps.
Personnellement je ne peux consacrer qu'une seule soirée de la semaine à la pratique d'un art martial, et ce pour cause d'emploi du temps "atypique". Et encore... parce que tu as bien voulu dégager ce créneau le dimanche! J'en suis extrêmement frustrée car je sens parfaitement que je progresse très peu, si je progresse. Lorsque je pouvais assister à deux ou trois cours par semaine je sentais réellement la progression. Les choses se mettaient en place durablement. Aujourd'hui j'ai la sensation d'oublier tout d'une séance à l'autre.
Cela m'oblige donc à me poser une question un peu douloureuse : est-il raisonnable, profitable, de s'engager dans la pratique d'un art martial en ayant si peu de temps à y consacrer? C'est sans doute illusoire de penser que je pourrais réellement en tirer des bénéfices.
Je prends réellement conscience du fait que pratiquer un art martial (ou autre art d'ailleurs)demande un engagement significatif. Et c'est vrai que cela nous oblige à faire des choix.

Johanna

GREG a dit…

Que pratiques-tu Johanna ? C'est vrai, tu as raison mais te sentirais-tu moins frustrer si tu ne pratiquais pas du tout ? Mieux vaut une fois / semaine que pas du tout.

Xavier a dit…

En fait je crois que le temps passé au dojo ne doit etre qu'une infime partie du temps de pratique.

Sur ces trois dernieres annees j'ai passe au mieux 30h avec Akuzawa, ce qui est extremement peu. En revanche, en moyenne j'ai du pratiquer ses exercices environ 600h sur la meme periode. Et je progresse. Le temps avec un instructeur est le moment ou tu recois des cles de comprehension, mais la pratique se fait surtout en dehors.

Sans aller dans les memes exces que moi (je suis un peu extreme, force m'est de le reconnaitre), je pense qu'il est vraiment faisable de progresser en ne faisant qu'un cours par semaine, a condition de travailler a cote. Ce qui peut etre fait de diverses manieres: visualisation (oui, je m'imagine persecuter Fred plusieurs heures par jour), la repetition d'exercices de base (tai sabaki, atemi, suburi, tanren, kata) qui ne necessitent pas de partenaire en se concentrant sur les sensations. Le moment au dojo devient alors un moment de validation/correction.

Ta progression existe et est visible. Elle serait evidemment plus forte si tu avais plus de temps mais je pense que tu des bases suffisamment solides pour progresser meme dans ces conditions difficiles