lundi 26 novembre 2012

L'universalité des arts martiaux


On dit souvent dans les arts martiaux qu’il faut apprendre à « voler la technique » et c’est ce que je m’efforce à faire depuis quelques années maintenant. Regarder avec attention ce qui est démontré pour en comprendre le sens et en voir les détails, sans explications. Si je donne toujours beaucoup d’explications dans mes cours et que j’aime en recevoir, le fait de copier et de chercher à comprendre les mécanismes en jeu est capital dans ma pratique.

Samedi soir, nous avons profité du passage de Fred et de l’anniversaire de Hugh (l’un de mes élèves) pour aller dans un studio de musique et laisser les musiciens du groupe s’amuser ensemble. Fred et moi avons joué les groupies, étant plus à l’aise sur un tatami que derrière un instrument. J’ai toujours été assez intéressé par la musique, ayant même essayé la guitare quelques temps. Au bout de quelques mois, j’avais malheureusement du faire un choix (faute de temps) et les arts martiaux étaient sortis grand vainqueurs de ce duel. Ce ne fut pas une grande perte, je n’étais de toute façon pas particulièrement doué.

Au cours de la soirée, Hugh m’a confié sa guitare après m’avoir rapidement montré les accords à jouer et dans quel tempo. Il a ensuite renouvelé l’opération avant chaque chanson. J’ai été surpris de voir que je jouais mieux aujourd’hui que lorsque j’apprenais. Je pense que les arts martiaux en sont partiellement responsables. Déjà parce qu’ils m’ont appris à copier un mouvement et un rythme. Mais aussi parce qu’ils m’ont appris à le faire sans intellectualiser à outrance. Au fur et à mesure des années, les arts martiaux m’aident à prendre de plus en plus possession de mon corps et à lui faire faire ce que je veux. Quand on y pense, jouer trois accords devrait être une simple formalité, il n’y a qu’à bouger les doigts.

Aucun commentaire: