vendredi 19 octobre 2012

Courir après sa vie


Deux articles récents de Leo Tamaki m’ont particulièrement marque parce qu’ils font écho d’une certaine manière à ma situation actuelle.  Il s’agit de :


Le premier est donc un entretien avec Daniel Toutain et le fait que Leo comme lui ont une véritable soif d’apprendre et de découvrir que ça soit au sein de leur pratique ou non. Sans être au niveau de ces deux pratiquants, je me retrouve dans cette envie d’avancer toujours et d’aller toujours plus loin dans ma pratique des arts martiaux. 

Mais d’une certaine façon cet article rejoint le second. Une journée n’a malheureusement que 24h et parfois j’ai l’impression de passer ma vie à courir après ma vie. Il y a les arts martiaux bien sûr, le lancement du premier club de NTJ dans la région avec toutes les difficultés associées, et ma propre étude au travers de l’Aikido, de l’Aunkai et du Yoga. C’est aussi l’écriture d’articles (même ponctuels) sur ce blog, le site du NTJ de HK et Kanpai ainsi que quelques autres projets dont il est trop tôt pour parler.

En fait s’il n’y avait que les arts martiaux, ça serait très facile. Mais il faut bien sûr y ajouter un travail prenant, dans une ville qui ne connait jamais de pause, l’apprentissage de deux langues (mandarin et cantonais) et de deux écritures, et la photographie qui me prend également un certain temps. Aussi aberrant que ça puisse paraitre j’ai malgré tout encore une vie privée.

Bien sur rien ne m’oblige à faire tout ça et c’est un choix de ma part. Un choix peut être contre-productif d’une certaine manière. Mon principal défaut est probablement une incapacité totale à lâcher prise. J’aime la stimulation tant physique que mentale et rester en place a rien faire ne serait-ce que quelques minutes est déjà une torture. Le simple fait de lâcher prise pour s’endormir m’apparait d’une complexité redoutable. Mais comme je le disais d’une certaine façon ce besoin de stimulation est dans mon cas contre-productif et l’est toujours même si je me soigne. D’une certaine façon les arts martiaux demandent de savoir lâcher prise et de relâcher le cerveau et le corps. Et a l’heure actuelle si mon corps fait les techniques sans demander quoi faire à mon cerveau, il n’est pas dénué de tension. Loin de là. Le Yoga m’a déjà beaucoup apporté mais il est clair que j’en fais trop peu (mais en faire plus ne serait-il pas empirer les choses?).

Heureusement j’ai quelques solutions pour améliorer les choses, parfois des choses simples comme changer de système pour créer mes panoramas en photographie. Je gagne aujourd’hui plusieurs minutes par photographie, et en passant a un appareil permettant de prendre directement un panorama, je libèrerais encore plus de temps. Mon corps ayant décidé de se lever tous les jours à 6h20 (alors que mon réveil lui me propose 8h), je cesse également assez souvent de le contrarier et peux en profiter pour caler un entrainement le matin.

Une meilleure gestion de mon temps et apprendre a prendre mon temps sont peut-être les deux prochaines clés de mon évolution, martiale ou pas.

7 commentaires:

Léo Tamaki a dit…

Comme on se comprend. Difficile de se limiter quand il y a tant de choses que l'on aime faire. Et je suis certain que, comme moi, tu te limites encore, ne débutant sans doute pas des choses qui t'attire ;-)
Je suis passé quelques jours à Hong-Kong fin août. Je pensais t'envoyer un message pour faire ta connaissance mais mon séjour était très court.
Enfin nous avons la chance de faire ce que nous aimons, mieux vaut cette frustration de ne pouvoir le faire assez que celle de ceux qui doivent faire quelque chose qu'ils n'apprécient pas.

Bonne continuation,

Léo

Xavier a dit…

Dommage, ca aurait ete avec grand plaisir. Cela dit je devrais finalement repasser en France vers Paques pour participer au stage de Guokushin Ryu Aikido avec Washizu sensei. Si le Kishinkan est ouvert et que tu es la, nous pourrons enfin faire connaissance.

Il y a effectivement beaucoup de choses que je ne peux pas commencer, et aussi un paquet de choses auxquelles j'ai du renoncer ou au moins suspendre (la guitare, le Japonais, les arts martiaux philippins) mais j'ai la chance de pouvoir faire ce que j'aime et de facon relativement poussee. rien que pour ca je ne peux vraiment pas me plaindre :)

Pascal a dit…

Bonjour Xavier,
je suis avec intérêt ton blog. (Merci de nous faire partager tes tribulations). Intéressé par ton commentaire au sujet d'un stage de Guokushin Ryu Aikido (je découvre grâce à toi) en France, pourrais-tu me donner plus d'informations ?
Pascal

Xavier a dit…

Bonjour Pascal et merci, ça fait toujours plaisir d'avoir un retour.

Le Gyokushin Ryu (j'avais fait une faute de frappe, une fois de plus...) n'est ni plus ni moins que l'Aikido Yoseikan de Minoru Mochizuki, il a juste changé de nom après sa mort lorsque son fils Hiroo a hérité du nom Yoseikan. Il sera organisé par l'école française de Nihon Tai Jitsu mais je ne sais pas s'il sera ouvert aux gens extérieurs à l'école pour des raisons d'espace (le dernier stage organisé avec les maîtres de la Takumakai avait attiré pas loin de 200 personnes). Les infos sont sur le site nihon-tai-jitsu.com dans le calendrier

Pascal a dit…

OK, merci pour les infos. Je regarderai le calendrier et les conditions. J'avais en effet cru comprendre que c'est de l'aikido yoseikan, d'ou mon intéret (mais je ne le pratique pas). Bonne pratique..

GREG a dit…

Salut Xavier,
je crois que nous sommes tous ici dans le même cas. Effectivement, je suis aussi débordé que toi et les arts martiaux ne sont malheureusement pas ma profession. L'aikido, le Wing Chun, le japonais, le boulot, la vie de famille, "l'écriture" d'un "livre" prennet un temps fou et les journées sont trop courtes.
Si tout va bien, je vais au stage de Léà le WE prochain qui est prêt de chez moi, j'ai hâte.
Ça fait plaisir d'avoir de tes nouvelles.
Bye

Xavier a dit…

Salut Greg,
Effectivement je pense que c'est un mal très courant, l'humain est ainsi fait... Mais c'est aussi tellement grisant de découvrir de nouvelles choses
Profite bien du stage!