lundi 4 juin 2012

Les arts martiaux dans la vie quotidienne

S’entrainer dans la vie quotidienne est probablement le moyen le plus simple de trouver du temps pour affiner sa pratique corporelle. Et pourtant quand je regarde ma façon de bouger hors de l’entrainement, j’en frémis… Et pour cause, mes mauvaises habitudes sont nombreuses et souvent la marque d’une trop grande impatience. Je n’ose compter combien de fois par jour je me retrouve en déséquilibre parce que j’ai voulu attraper quelque chose et que j’ai bougé mon bras et pas mon corps. Ne respectant pas les principes les plus élémentaires de ma pratique… Sans compter le nombre de fois où je n’ai pas conscience de ce qui m’entoure.

Il est fort probable que l’une des clés pour ma progression future réside là. En ne bornant plus la pratique aux quelques heures d’entrainement mais en percevant chaque instant comme une opportunité. Je faisais déjà ça dans le métro pour chercher mon équilibre, ou dans la rue pour éviter les hongkongais qui ne regardent rien et foncent sur tout ce qui bouge (ou au contraire pour les shooter en gardant ma structure). Il est grand temps d’essayer de rendre tout ça plus consistant et d’appliquer les principes de façon cohérente des que possible.

1 commentaire:

GREG a dit…

J'ai le même problème. Notamment lorsque je chahute avec des collègues et je n'ai pas le reflexe systématique d'appliquer ce que j'ai appris. Je suis navrant de bétises. C'est effectivement un travail de tous les jours. Alors courage !!!