mercredi 13 juin 2012

11 ans

Aujourd’hui, je raconte ma vie. Cet article ne présente donc aucun intérêt mais j’ai eu envie de l’écrire, pour faire un point sur ces dernières années.

Il y a 11 ans jour pour jour, nous étions le mercredi 13 juin 2001 et je quittais précipitamment l’épreuve du bac de Physique Chimie pour passer mon 1er dan. Ce passage n’a pas changé grand-chose en réalité (je ne suis même pas devenu invincible), c’est tout juste s’il a marqué mon passage à l’âge adulte. Cela reste malgré tout un moment clé, et je m’en souviens comme si c’était hier. Du shuto qui a cassé un bout de dent a Tristan et son aimable absence de réaction à la remise de la ceinture dans le vestiaire, la désacralisation a rapidement eu lieu et pourtant le moment n’en était pas moins beau.

Au cours de ces 11 ans, les choses ont beaucoup changé. J’ai vécu dans 5 villes, 3 pays, pratiqué dans 9, enseigné dans 5. Ce fut aussi l’occasion de rencontrer des pratiquants variés et de tout niveau, du débutant au remarquable Akuzawa. En regardant en arrière, j’ai l’impression d’une course, sans bien savoir après quoi j’ai bien pu courir.

Les vrais changements ont en réalité commencé en 2003, lorsque je quittais St Germain pour Nantes. Plus de club, moins de motivation aussi du fait des joies de la vie étudiante. J’aurai quand même l’occasion de re-pratiquer mon école avec un « dissident », qui s’avèrera être également mon dernier « professeur de club » en Tai Jitsu. Cette période m’a permis de commencer à voir de nouvelles disciplines, et notamment de commencer le Hapkido, mais aussi de rencontrer Roland Hernaez.

Le deuxième choc a sans aucun doute été ma première rencontre avec les membres de Kwoon à Nantes en janvier 2007. J’y ai découvert de nombreuses choses dont je n’avais pas idée et je me suis rendu compte à quel point le chemin était long et les pratiques martiales riches. L’année et demie qui a suivi a été particulièrement passionnante, avec des stages aux quatre coins de la France chaque week-end, et ce en NTJ et Hapkido, mais aussi partout où l’on m’acceptait (Kali, Yoseikan Budo, Daito Ryu, Kyokushin Kai, Tai Chi, etc.). Je me rends compte à quel point je devais être un calvaire pour ma copine. J’ai même profité de l’été pour participer à quatre stages d’une semaine, à Lyon, Temple sur Lot, l’Ile d’Oléron et Andorre. Ma compréhension a augmenté, mon niveau aussi, et j’ai souhaité passer mon 2eme dan pour vérifier que cette progression n’était pas que le fruit de mon imagination. Je me suis aussi fait de nombreux amis dans les rangs du NTJ, paradoxalement beaucoup plus que quand j’étais dans le confort de mon dojo.

Ce fut ensuite le départ pour Hong Kong, et d’une certaine façon un renforcement de mes tribulations. Plus de possibilité de stages de NTJ mais pourtant une volonté de rester dans l’école. Un territoire plus petit aussi et dans lequel les arts martiaux sont moins bien représentés que l’on pourrait le croire. J’ai dû aller plus loin, en Corée, à Singapour, à Bali, au Japon. J’ai rencontré Fred et cette passion nous a amené à vivre des choses que nous n’aurions probablement jamais imaginées (sentir la technique d’Akuzawa, assister - et être invités - au festival annuel du Seibukan, passer mon 3eme dan a Kyoto, enseigner à Taiwan, m’entrainer dans le dojo de Minoru Mochizuki). Ce jour-là, devant ma copie de Physique Chimie, je n’aurais jamais pu imaginer ce que cette aventure allait être, sa richesse technique et culturelle, mais aussi et surtout ses rencontres.

Plusieurs personnes ont marqué ces années, mais je dois reconnaitre que trois d’entre elles ont eu un impact plus fort que les autres. Max Lormeteau, qui fut mon premier enseignant et me poussa à passer mon 1er dan puis m’aida à passer mon DIF en 2007, me permettant ainsi de revenir réellement au sein du NTJ malgré mon statut de Ronin. Louis Mercier, rencontré à Paris en 2005 et qui m’encouragea à passer mon 2eme dan et à enseigner. Le troisième est sans conteste Fred, grâce à qui ma pratique est passée à un autre niveau, celui des principes. Fred est probablement de loin le meilleur Uke que j’ai eu, et je ne lui serais jamais assez reconnaissant pour tout ce qu’il m’a apporté depuis notre rencontre.

Merci à eux. Merci aussi à tous ceux qui ont fait partie de cette aventure : les pratiquants de NTJ et de Hankido, les Kwooneux, et tous ceux rencontrés dans les stages et visites aux quatre coins du monde. J’espère que les 11 prochaines années seront aussi passionnantes.

7 commentaires:

PAKPEIJU a dit…

Un grand merci à toi aussi.
Tu sais bien que si on ne s'était pas rencontrés j'aurais probablement arrêté les arts martiaux car j'étais dans une impasse. Trop vieux pour le travail physique, j'avais vraiment fini par croire qu'une pratique structurée, fluide avec un minimum de force était une légende. Comme quoi il est parfois bon de se faire démontrer qu'on a tort.
Un bon travail d'équipe en tout cas, on ne peut plus enrichissant ;)

Je te souhaite le meilleur pour ces 11 prochaines années (et les autres bien sûr), sans l'ombre d'un doute sur les progrès que tu vas encore accomplir !

Xavier a dit…

J'aime ces moments de congratulations mutuelles ;-)

Un excellent travail d'equipe en effet, on a eu du bol de tomber l'un sur l'autre

PAKPEIJU a dit…

"J'aime ces moments de congratulations mutuelles ;-)"
Et encore, je n'ai pas mentionné ton physique avantageux :P

GREG a dit…

Bravo à vous deux pour votre parcours.
Bonne continuation ...

Léon a dit…

Tres joli hommage qui n'était pas du tout inutile. On doit tout aux autres.

Tu as rencontre qui à S'pore?

Xavier a dit…

Effectivement, sans ces rencontres je ne serais pas allé bien loin et je ne suis pas convaincu que je l'aurais souhaité.

A Singap, j'ai rencontré Fred Evrard, le fondateur du Kali Majapahit. Je la'avais découvert sur Kwoon et son voyage autour du monde pour découvrir les pratiques martiales m'a donné envie d'en savoir plus et d'aller a sa rencontre.

Tu es toujours la bas? Il me semble avoir vu que tu comptais repartir en France.

leon a dit…

On arrive, on est dans les cartons... A un de ces jours.