mercredi 13 avril 2011

Pour ou Contre l’Aikido?

Derrière ce titre volontairement dénué de sens se cache, je trouve, le paradoxe le plus intéressant de l’Aikido. Car l’Aikido est par certains cotés une discipline passionnante, et de l’autre elle représente parfois un véritable gâchis.
Les raisons d’aimer l’Aikido ne manquent pas. En ce qui me concerne, le point le plus important est son focus sur le « Comment » plus que sur le « Quoi », i.e. le panel technique proposé est limité mais l’essentiel du travail est de comprendre des principes (relâchement, centrage, etc.). Un travail très riche à condition qu’il soit fait de la bonne façon, et c’est malheureusement la que le bat blesse en général…
Travailler correctement implique notamment une honnêteté intellectuelle et une certaine intelligence de la part de Tori et Uke. Intelligence parce que les principes ne sont pas accessibles au premier bourrin venu, et que le simple fait de comprendre ce qu’ils signifient demande déjà une vraie recherche intellectuelle. Honnêteté parce qu’il faut savoir accepter que l’on n’a pas compris afin de pouvoir comprendre. Savoir mettre son ego de coté pour comprendre que si ca ne marche, ca n’est pas la faute de Uke mais bien celle de Tori est une étape difficile que beaucoup ne souhaitent pas franchir.
J’attends toujours de mes Uke qu’ils m’opposent une résistance, pas une résistance infranchissable mais suffisante pour m’aider à comprendre quelque chose de nouveau. Or, il faut bien avouer qu’il est plus fréquent de se retrouver face a un soit Uke végétatif soit au contraire bien éveillé mais dont le seul but est de « gagner ». C’est sur qu’a la fin du cours, certains doivent sentir qu’ils ont progressé.
Je regrette toujours , et je l’entends dans mon club dont je trouve pourtant la pratique très agréable, que l’on dise qu’Uke « doit » suivre le mouvement. Si Uke suit, c’est parce qu’il n’a pas le choix. S’il ne suit pas, c’est qu’on est passé a coté…