mardi 17 août 2010

L’intention

Je pratique les Tanren tous les matins – ou presque - dans un parc de HK, ce qui me donne l’occasion de voir les locaux s’adonner a des gesticulations de toutes sortes. Le terme gesticulations est choisi à dessein, je n’ose pour la majorité d’entre eux pas utiliser un autre mot.

On retrouve plusieurs catégories de gens dans ces parcs :
- les bizarres, qui tapent dans les mains ou crient
- les inconscients qui s’abimeraient moins en restant chez eux (je compatis chaque jour pour les genoux et les hanches de certains d’entre eux)
- les inconscients, surement les plus nombreux qui font des mouvements vides de sens sans aucune intention
- les vrais pratiquants, bons ou pas n’est pas la question et je ne suis pas capable d’en juger de toute façon, qui font leur truc sérieusement dans leur coin, en écoutant et en habitant leur corps

C’est la 3eme catégorie qui m’a fait tilter ce matin. Si leurs mouvements n’étaient pas spécialement mauvais ou tout du moins dangereux pour eux-mêmes d’après ce que j’ai pu en voir, j’ai eu l’impression de voir des corps vides, en mouvement certes mais avec personne dedans…

L’intention est pourtant quelque chose de primordial, la présence est essentielle. Akuzawa, Kuroda, Cui Rui Bin dans des styles différents sont toujours « présents », a aucun moment ils ne donnent l’impression de faire un mouvement de façon purement mécanique en dormant a moitié. C’est d’autant plus essentiel pour des pratiques internes (ici le Tai Chi) dont l’un des buts est de prendre conscience de son corps…

Ce n’est a mon avis pas un problème d’Arts Martiaux ou non, d’ailleurs dans mes cours de Yoga il est bien précisé de se créer une intention (quelle qu’elle soit, physique ou mentale) et de s’y tenir pendant toute la séance. Et en effet pratiquer en se concentrant sur certains points et en conscientisant ses mouvements et son corps permet de faire des progrès évidents, lorsque certains ne font que répéter une chorégraphie vide de sens qui au final n’apportera que très peu.

Aucun commentaire: