lundi 15 mars 2010

Yoga et Aunkai

Bien qu’ayant des finalités et des approches différentes, je trouve beaucoup de similitudes entre les deux pratiques. Déjà sur le principe : les deux méthodes travaillent sur l’utilisation du corps et la modification de la structure par un travail postural. Un travail sur les alignements, l’ancrage et les connexions est effectué. En revanche, en Yoga, on se centre exclusivement sur son corps, il n’y a pas de recherche de production d’un effet sur l’autre, contrairement a Aunkai (jusque la j’enfonce des portes ouvertes).

Mais le point amusant c’est les ressemblances entre certaines positions. Par exemple Warrior 2, qui ressemble terriblement a un des étapes de Shintaijuku, et qui garde les mêmes critères : dos droit, bras tendus et alignes a la hauteur des épaules, les mains tirent respectivement vers l’avant et l’arrière tandis que le bassin s’enfonce et que la tête essaie de maintenir une tension vers le haut.


Shiko a aussi plus ou moins un équivalent. Plus ou moins parce qu’ici il ya contact de la main avec le sol, donc la recherche d’équilibre n’est pas vraiment la même.


Enfin on retrouve le squat présent dans TCJ ainsi que la remontée mains jointes et l’ouverture des bras une fois debout.


Sans être la même chose et poursuivre les mêmes buts, on retrouve donc pas mal de principes, logique on a tous le même corps… Du coup j’ose croire que la progression dans l’un aide a progresser dans l’autre.

jeudi 11 mars 2010

Entrainement quotidien

Former et surtout modifier durablement le corps nécessite un entrainement quotidien. Et ce quelques soit les conditions. C’est la que le bat blesse puisque le climat a HK a décidé de changer d’une semaine sur l’autre (26 la semaine derniere, 10 cette semaine). Du coup se motiver le matin pour s’entrainer dehors, c’est rude… Au final je finis bien sur par descendre, mais ces quelques minutes de flemme ne me sont pas d’une grande aide.

Pour l’instant je fais des séances d’environ 25-30 minutes, que je complète le soir le cas échéant. Mes séances se décomposent en gros de la façon suivante :
Mouvements de balanciers avec les bras pour s’échauffer et commencer à mobiliser la colonne
Shiko pendant 5 minutes
Maho pendant 5 minutes
TCJ pendant un peu plus longtemps, mais en deux fois. Une fois sans cale sous les pieds et une fois avec. N’étant pas souple, j’ai tendance à ouvrir les pieds. Je travaille donc les deux façons, qui me donnent des sensations très différentes.
Ashi Age sous 5 formes.
Shintaijuku en avancant et en reculant, avec les deux sens de rotation.

Je me fais ensuite un peu de Maho dans le métro en allant et en revenant du boulot.

Je ne suis pas encore retourné au Yoga depuis mon retour à HK. J’ai senti une douleur au deltoïde droit pendant le séminaire qui est doucement remontée vers l’épaule et le cou et qui n’apprécierait pas (bizarrement je ne la sens pas en faisant les exercices d’Aunkai). J’espère pouvoir y retourner rapidement, ca devrait m’aider a m’assouplir et a mieux faire les exercices.

mardi 9 mars 2010

Aunkai / Akuzawa sensei - Tokyo Mars 2010

J’avais dit dans un précédent article que j’aurais aimé pratiquer une méthode comme l’Aunkai. Me connaissant c’était une phrase vide de sens : Akuzawa sensei est vivant, si tu veux pratiquer tu n'as qu’à te bouger les fesses. Du coup, nous sommes partis avec Fred à Tokyo ce week end pour rencontrer Akuzawa et découvrir sa methode de Bujutsu Tanren. Pour essayer de resituer la méthode, le plus simple est d’aller voir cet article sur l’excellent blog de Leo Tamaki (http://www.leotamaki.com/article-interview-akuzawa-minoru-le-maitre-de-la-force-interne-de-l-aunkai--40473411.html). Je n’ai pas la prétention de pouvoir être plus précis que ça.

Nous avons donc fait deux jours de cours privés + le cours normal du samedi soir, et ceci en grande partie grâce à Gerald, élève d’Akuzawa a Tokyo qui nous a traduit toutes les explications (et Dieu sait qu’elles sont nombreuses).

Ma première impression, c’est que je suis passé à côté de beaucoup de choses pendant mes 12 ans de pratique. Je savais déjà que je n’avais pas d’ancrage, que je manquais de relâchement et de connexions, etc. (c’est d’ailleurs pour ca que j’ai commencé le Yoga), mais je n’avais jamais ressenti quelque chose comme ça au contact. Akuzawa est littéralement imbougeable et ce sans être crispé et malgré ses 60kgs. Les clés ne fonctionnent pas sur lui, même appuyées et en étant à deux dessus (j’ai pourtant testé un Kote Gaeshi à 15% sur quelqu’un qui résistait ce matin, il est passé sans problème). Pire se faire toucher par lui, même doucement revient à perdre toute sa structure. Une sensation incroyable et que je suis heureux d’avoir expérimenté. Plus besoin de savoir si je crois ou non à ça, maintenant je sais (dommage par contre je sais pas faire).

Les exercices de l’école sont vraiment intéressants, et malgré quelques similitudes avec le Yoga (conscientisation du corps, alignement), je pense percevoir une vraie différence d’approche. Là où le Yoga semble rechercher tout de suite le relâchement, Aunkai cherche à construire les connexions a l’aide d’une tension, tension qu’il faudra faire disparaitre par la suite tout en gardant les connexions. Cela dit il est possible que je me plante complètement, tout ça est beaucoup trop récent dans ma tête et mon corps.

J’ai pu découvrir les exos à deux par la même occasion. J’avais juste vu ceux en solo sur le DVD jusque la. Les exos à deux je les avais vus sur Youtube et pour être honnête, je ne les avais pas compris. L’exercice de Push Out par exemple, me semblait très facile. Il est en réalité très difficile. Les premières fois j’étais littéralement bloqué et même maintenant ça passe parce que mes partenaires sont sympas.

Nous avons aussi eu la chance de pratiquer des exercices avec gants pour appliquer les principes. Pas facile, mais surtout dur physiquement. En particulier quand après 5h d’entrainement, on attaque le cours collectif à 18h avec ça, pour apprendre par la suite que le cours est en réalité de 19 a 21h (il finira à 21h30 finalement). Précis, technique, éreintant, mais avec un maitre survolté et très généreux dans son approche et des élèves tout aussi sympas. On a essayé de faire bonne figure pour ne pas s’effondrer, idem le dimanche. J’ai aussi découvert de nouvelles facons de frapper. Je ne les maitrise bien sur pas, mais des le lendemain j’ai commencé à avoir des sensations et j’aime beaucoup cette facon de faire. Le cours a fini avec des exercices de tuishou libres, finalement assez proche de la lutte où tout était permis pour essayer de faire tomber l’autre (sauf les frappes). Difficile de bouger les élèves dans l’ensemble. En particulier Manabu, bien connu des pratiquants français d’Aunkai : j’avais beau le tirer dans tous les sens, il a toujours réussi à garder sa position Maho.

Je suis content également d’avoir vu qu’il s’agissait de beaucoup plus qu’un simple travail en solo : restructuration corporelle oui, mais aussi distance, transfert de force, timing. Bref les bases dans leur intégralité.

On a vu beaucoup de choses ce week end et reçu beaucoup d’informations. Il va maintenant falloir travailler tout ca régulièrement, tous les jours. Progresser ne vient pas tout seul, il va falloir bosser pour arriver à quelque chose.